Les catalogues du « Festival International de Films de Femmes » – la Maison des Arts – Créteil

FIFF-1FIFF-2

 

 

 

 

 

 

 

Par Nicole Savey

La MdF-TC a 12 catalogues du FIFF de 1988 à 2013, plus celui de 2018. Le festival qui fête ses 40 ans cette année, vient d’avoir lieu du 9 au 18 mars à la Maison des Arts de Créteil. A cette occasion, il m’a semblé intéressant de vous le faire connaître ou de vous en parler, si vous y avez déjà assisté.

Ce festival est, avec le festival « Cineffable » de films lesbiens qui se tient début novembre, le seul en France, à ne que présenter des films réalisés par des femmes ou sur les femmes. Il compte parmi les festivals internationaux européens de films de femmes, comme celui de Florence (qui a le même âge) et ceux de Milan ou Bruxelles par exemple.

Voici l’histoire et l’actualité du festival présentées par sa cofondatrice Jackie BUET et sa présidente Ghaiss JASSER :

« Fonder un festival sur un projet qui n’avait pas de cadre mais des engagements pour des valeurs, pour une cause, pour la place de l’image des femmes, pour défendre leur accès aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel, fut un pari, un risque et un engagement. Né à Sceaux en 1979, le Festival et arrivé à Créteil fin 1984 pour y tenir sa 7ème édition en mars 1985 (le7éme Sceaux disait-on avec humour). Ce sont la ville de Créteil et la Maison des Arts, puis le département du Val de Marne qui nous ont accueillis et ont été nos grands ambassadeurs ». Jackie Buet.

« C’étaient les années ou rien ne pouvait entamer nos espoirs, nos enthousiasmes, nos colères, notre appétit de vivre et de découvrir. Nous pensions qu’il était suffisant d’ouvrir les bras pour embrasser le monde avec sa beauté, sa diversité mais aussi ses blessures. C’étaient les années 70 lorsque le mouvement des femmes avait pris son essor et que des chercheuses féministes historiennes, philosophes, sociologues et littéraires avaient compris que pour construire une pensée féministe, il fallait introduire « Les études féministes » dans toutes les disciplines et exhumer aussi des œuvres de femmes littéraires ou artistiques, souvent méconnues ou reléguées dans l’oubli.

Notre amour du cinéma aussi exigeant qu’insatiable nous attirait dans des salles ou se jouaient de nouvelles œuvres de nos cinéastes privilégiés. Ainsi nous étions ravies de découvrir…(les œuvres) de Werner Herzog, Rainer Fassbinder, Ingmar Bergman, Wim Wenders, Chris Marker, Alain Resnais, Woody Allen ou Nikita Mikhalkov. Et pourtant ! Chacune de ces œuvres magnifiques sollicitait chez nous une interrogation devenue lancinante : « Mais où sont les réalisatrices ? »…

La réponse à notre interrogation n’allait pas tarder…Jackie Buet et Elisabeth Tréhard décidèrent de fonder LE FESTIVAL INTERNATIONAL DE FILMS DE FEMMES…

Leur but était donc de :

  • Rendre hommage aux pionnières comme Lois Weber, Alice Guy-Blaché, Dorothy Arzner, Ida Lupino, Germaine Dulac…
  • Honorer les réalisatrices déjà confirmées en faisant des rétrospectives de leurs œuvres comme Mai Zetterling (Suéde), Margarethe von Trotta (Allemagne), Liliana Cavani (Italie), Kira Mouratova (Russie), Véra Chytilova (Tchécoslovaquie)
  • Solliciter des jeunes réalisatrices qui partiront du festival avec un talent plus confirmé même si elles ne sont pas primées. » Ghaiss Jasser

« Aujourd’hui après 35 ans à Créteil et dans le Val de Marne, le Festival fête ses 40 ans !…Le programme de notre anniversaire révèle une compétition axée sur de nouvelles pistes du côté de l’Indonésie, des peuples premiers du Canada, des cinéastes françaises, du Chili, d’Europe Centrale…en compétition 6 longs métrages fiction, 6 longs métrages documentaire et 18 courts métrages…

Nos invitées sont prestigieuses : Mai Zetterling (1925-1994) venue à Créteil en 1986, fait partie de la mémoire du festival aux côtés de l’invitée d’honneur de nos 40 ans Margarethe von Trotta, Marta Meszaros (Hongrie), Lorenza Mazzetti (Italie), Agnieszka Holland(Pologne). Nous accueillons aussi une exposition de l’œuvre photographique de Karine Sapporta (chorégraphe) qui nous accompagne depuis 1989. » Jackie Buet

Je peux ajouter que cette édition 2018 du FIFF est très réussie et parmi les 15 films, tous bons ou très bons, que j’ai pu voir, il faut citer en premier l’excellent « Spoor » d’Agnieszka Holland, fiction à la fois féministe et écologiste, présenté en avant-première qui sortira donc prochainement en salles.

Parmi les documentaires le film chilien « El Pacto de Adriana » de la jeune réalisatrice Lissette Orozco, sur les séquelles de la dictature, est très intéressant et a été primé.

Le festival permet aussi de voir ou revoir des films féministes-culte comme « Sois belle et tais toi »réalisé par Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos en 1976 ou Flickorna (Les filles) de Mai Zetterilng réalisé en 1968, jubilatoire pour des féministes et qui montre combien en Suède, le mouvement d’émancipation des femmes était alors déjà important.

Enfin, une fois encore, ce festival permet d’affirmer que de nombreuses femmes sont des grandes réalisatrices de cinéma.

Voir La liste des revues

A SUIVRE…

Pour la présentation d’autres revues féministes…