«On accepte peut-être plus que dans d’autres milieux des choses que l’on ne devrait pas accepter c’est vrai.» Sophie en a conscience.La jeune interne au CHU de Nice croit même devoir l’expliquer. «La pression est constante, c’est une façon de décompresser pour les hommes. En dehors, ils sont tous ou

Source : Sexisme et le harcèlement sexuel : l’hôpital, la porte ouverte à toutes les dérives?