Saviez-vous que la plus ancienne université au monde fut fondée par une femme ? Que le père du rock’n’roll est en réalité une mère ? Peut-être pas. C’est que l’Histoire ne retient que rarement les grands noms féminins : au contraire, elle les « invisibilise ». C’est pour répondre à cette disparition systémique que le collectif Georgette Sand a rédigé Ni Vues Ni Connues. Entretien.

Source : Ni Vues Ni Connues, quand l’Histoire oublie ses femmes