Vendredi 1er décembre 2017, France Inter, 7h50 Frédéric Worms, philosophe, est invité à propos de son livre « Les 100 mots de la République » aux éditions Que sais-je ? .

Ce livre tente à redonner du sens aux mots, car la vie démocratique et la construction de l’intérêt général sont aussi une affaire de langue.

Pour ce philosophe, le problème pour la République aujourd’hui, c’est le politiquement correct, la pensée unique qui la relègue dans un mot creux : «la bien-pensance ». (La bien-pensance désigne l’opinion et le comportement des personnes bien-pensantes, « dont les idées sont conformistes » et soumises au politiquement correct. Le terme « bien-pensance » a une connotation péjorative, polémique et ironique, car il est surtout employé par les détracteurs du politiquement correct) .

Interrogé sur les situations de violences faites aux femmes il explique que tenir compte du féminisme et des violences faites aux femmes  ne serait pris en compte que dans ce registre de bien-pensance alors que l’inégalité de ce fait social est très profond et que le passage obligé reste l’acquisition de l’égalité absolue.

Sur la « parole qui se libère » après le phénomène de nombreuses révélations de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux  il dit que  « cette parole est une revendication concrète de l’égalité, une transgression émancipatrice qui dénonce une très grande transgression, celle de la violence faites aux femmes. Il ne faut pas inverser les rôles ! »

Nous féministes qui tenons ce langage depuis longtemps saluons cette déclaration et nous nous interrogeons à travers ce prisme sur les propos du 1er Ministre, Edouard Philippe qui dans plusieurs prises de paroles s’inquiète de « devoir s’interdire une forme de séduction intellectuelle » ou encore « condamne les violences tout en rappelant la présomption d’innocence ». Ces craintes de dénonciations excessives qui font peur à notre 1er ministre concernent tout au plus 2% de dénonciations et insultent les  98% des femmes réellement agressées. Que penser de surcroît du terme de « séduction intellectuelle » ? La séduction est souvent l’arme de ceux qui ont le pouvoir !

Que penser du terme « respect d’autrui » utilisé par  le Ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, à propos de l’égalité filles-garçons à l’école ? Il serait souhaitable que Le Ministre de l’économie, Bruno Le Maire, l’applique. En effet lors de la passation de pouvoir d’un secrétaire d’Etat à une secrétaire d’Etat, il présente celle-ci par son prénom alors que le sortant a droit à être « chaleureusement » remercié et nommé par ses nom et prénom !!!

Que penser de ce sexisme ordinaire et de ce manque de volonté politique pour faire cesser les inégalités sociales très profondes ?

L’une de ces inégalités restée cachée durant des siècles et dont on commence seulement à parler, est l’inégalité nutritionnelle. Cette inégalité touche encore aujourd’hui des filles et des femmes qui vivent dans la précarité ou qui appartiennent à des cultures dans lesquelles les femmes mangent après les hommes…

Question nourriture les féministes elles aussi restent sur leur faim au sujet des propositions faites par le Président de la république.

Pour poursuivre ce tour d’horizon sur les violences faites aux femmes, et apporter tout notre soutien  aux associations qui accompagnent les femmes dans les commissariats et qui dénoncent depuis longtemps l’accueil qu’elles y reçoivent lorsqu’elles viennent porter plainte pour les violences subies, vous pourrez lire deux interviews édifiants de policiers l’une en 1983, l’autre en novembre 2017

Encore et toujours le pouvoir des mots ! Pour trouver le mot juste, la réplique à renvoyer à celui qui nous harcèle, qui nous importune et à tous ceux dont « l’humour est douteux » consultez la liste de répliques concoctée par les bloggeuses de Madmoizelle

Retour sur les différents articles à propos de deux fillettes de 11 ans violées par des hommes majeurs :

  • non-lieu pour l’un,
  • renvoi en correctionnelle pour agression sexuelle pour l’autre.

Ces deux affaires ont ouvert les débats dans la perspective d’une loi sur l’âge minimum du consentement. De ces débats, nous avons retenu une interview de Sylviane Agacinski dont les propos clairs, et précis sont résolument du côté de la prise en compte de l’enfance et de la protection des enfants.

Dans notre Newsletter du 20 novembre dernier, vous avez pu lire un article sur « La culture du viol », aujourd’hui nous vous proposons « la culture du viol expliquée par la dessinatrice Emma »

Le France est-elle toujours à la pointe du féministe ? Comment répondriez-vous à cette question ?

Le ministre de l’éducation, encore lui, a affirmé, (sans rire ?) que la France « a toujours été à la pointe du féminisme ». « La langue française, en tant que telle, ne saurait être accusée d’avoir produit un quelconque antiféminisme, sinon je ne vois pas pourquoi la France serait toujours à la pointe du féminisme. […] Nous sommes un pays qui valorise la femme ». On pourrait lui conseiller quelques bons livres sur l’histoire des femmes.

Et pour finir, un quizz  sur les violences faites aux femmes.