Samedi 25 novembre, comme chaque année, les associations féministes manifesteront  pour la « Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ». Pourquoi l’ONU a choisi ce terme, « à l’égard de… » ? Il y a comme une indécence à coller violence et égard Alors, comme la plus grande majorité des féministes, nous préférons la traduction  «… l’élimination des violences contre les femmes ».

Pourquoi cette date du 25 novembre ? Il y a 57 ans, le 25 novembre 1960, , Patria, Minerva et María Tereza Mirabal, trois sœurs militantes politiques dominicaines sont assassinées sur ordre du dictateur Rafael Trujillo parce qu’elles militaient contre sa politique mais aussi parce que l’ainée avait refusé ses avances. Elles devinrent alors les symboles du combat pour éradiquer ce fléau que sont les violences contre les femmes. C’est la principale raison qui a conduit la République dominicaine à proposer cette journée de lutte.

Aujourd’hui, des femmes, sont toujours victimes de féminicides, de viols, de violences sexuelles, de harcèlement !

117 femmes ont été assassinées en France depuis le 1er janvier par leur conjoint ou ex.

Plus de 10 000 viols ont été déclarés.

1 femme est violée  toutes les 40 minutes en France.

Les violences sexuelles touchent environ 600 000 femmes.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes !

Aujourd’hui, deux fillettes de 11 ans sont, par la justice, déclarées consentantes lorsqu’elles sont violées par un adulte. L’un des violeurs a été  acquitté l’autre sera jugé en février pour « seulement » un délit d’atteinte sexuel !

Aujourd’hui, la parole des femmes se libère, elles commencent à se révolter, à se faire entendre, 30% de plaintes en plus ce mois d’octobre 2017.

Nos gouvernants semblent enfin, prendre la mesure de ces crimes et de ces violences.  Mais, combien encore de victimes avant que des mesures volontaires ne soient prises, des lois votées et ensuite appliquées ?

La Ministre de la Justice, Madame Nicole Belloubet, propose de légiférer sur l’âge du consentement. Actuellement il existe une loi sur la majorité sexuelle fixée à 15 ans.

Âge minimum de consentement et majorité sexuelle, quelle est la différence ?

Un combat à mener par les féministes !

Aujourd’hui, Françoise Héritier, ethnologue, anthropologue, féministe, femme de conviction nous a quitté(e)s mais, elle nous laisse en héritage des textes, des livres, des interviews qui continueront à nous enrichir. Elle disait quelque chose de très fort qui a mis à mal les excuses trouvées aux violeurs et aux agresseurs sexuels : « Il faut anéantir l’idée d’un désir masculin irrépressible »
Il y a 150 ans naissait Marie Curie qui a obtenu et c’est la seule un double prix Nobel et n’oublions pas son engagement sur le champ de bataille comme première ambulancière et radiologue en 14/18.

Et demain, nous suivrons l’exemple de ces femmes d’exception pour promouvoir l’égalité  et la justice ?