Tandis que Valery Giscard d’Estaing vient d’être élu à la présidence de la République, Simone Veil est à l’automne 1974 ministre de la Santé dans le gouvernement de Jacques Chirac. Il lui revient de défendre fin novembre au nom du gouvernement un projet de loi sur l’« interruption volontaire de la grossesse. » La loi de 1920 pénalise l’avortement. Depuis 1955, seul l’avortement thérapeutique ou IMG (« interruption médicale de grossesse ») est autorisé : une grossesse ne peut être interrompue que pour raison médicale – si la poursuite de la grossesse met en péril grave la santé de la mère ou si le fœtus présente une anomalie grave. Le projet de loi présenté aux députés et aux sénateurs en 1974 ouvre aux femmes la possibilité de mettre fin à leur grossesse pour des motifs non thérapeutiques. Il s’agirait là d’une dérogation à la loi de 1920 pour le cas où la mère connaît une « situation de détresse ».

Voir le site complet :

http://passerelle-production.u-bourgogne.fr/web/atip_insulte/insultes/gpl/insultes_gpl_d6.htm