48. C’est à peu près le nombre d’heures qu’il aura fallu au gouvernement pour réagir à la nomination de Roman Polanski en tant que président des César, cérémonie qui se tiendra le 24 février prochain, à la Salle Pleyel. Et c’est à travers l’intervention non pas de la ministre de la culture mais de Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, que l’État a décidé de donner son avis.

Ce vendredi 20 janvier, au micro de France Culture, la ministre a ainsi jugé “surprenant et choquant” le choix de voir le cinéaste franco-polonais devenir le représentant du cinéma français le temps de l’événement :

“Je trouve surprenant et choquant que l’histoire d’un viol dans la vie d’un homme ne pèse pas. C’est un choix qui témoigne, de la part de ceux qui ont décidé de le nommer président des César, d’une indifférence à l’égard des faits qui lui sont reprochés. En fait, ce n’est pas grave, pour les organisateurs, que Roman Polanski soit poursuivi aux Etats-Unis et ait à son actif le viol d’une […] enfant de 13 ans”.

[…]

Source : Roman Polanski président des César : le gouvernement réagit enfin